Se nourrir des autres :   La prédation énergétique

25/10/2019

Ne vous êtes vous jamais senti « vidé », « épuisé », après avoir discuté avec quelqu'un au téléphone, au travail, en famille... Pourquoi cette sensation d'avoir perdu toute son énergie dans cette rencontre ?      Vous venez tout simplement de vous faire « voler » votre énergie.

Cette méthode de prédation énergétique est très courante et survient souvent sans une intention consciente, volontaire de la part du « prédateur ». Pour la personne dont l'énergie a été volée, cela est ressenti comme une fatigue, une irritation, un mal-être. Par contre pour le prédateur, cela est ressenti comme un mieux-être, élévation de sa forme.

L'être humain demande habituellement, en permanence de l'attention. Le fait que les bébés meurent s'ils ne reçoivent pas d'attention en témoigne. C'est un mécanisme biologique, génétiquement programmé pour obtenir sa nourriture, sa quantité d'énergie quotidienne, d'une façon ou d'une autre. Même une attention négative est meilleure que pas d'attention du tout. 

Ce besoin de base (énergie vitale) peut nous amener à mettre en place toutes sortes de comportements particuliers en vue de se nourrir de l'attention des autres. 

La prédation demande, le plus souvent, la participation passive des deux individus. Pour maintenir la relation, le prédateur donne à sa proie une indemnisation symbolique. Cela peut être constitue de choses diverses, selon ce que la personne exploitée (mangée) désire le plus, ce pour quoi elle est prête à « vendre son âme ». 

Le prédateur utilise habituellement les « sentiments nobles » de la victime pour avoir l'avantage comme :

  • de la pitié pour celui qui se nourrit,
  • un sens d'obligation (responsabilité) familiale,
  • un sens du devoir de défendre l'opprime,
  • un quelconque sentiment de culpabilité,
  • etc.

La prédation énergétique a tendance à s'organiser d'elle-même en une chaîne alimentaire ou pyramidale. L'individu mangé cherche à se refaire ses réserves énergétiques en se nourrissant des autres à son tour.

Pour détecter si nous sommes victimes d'un tel processus dans une relation, il faut se dégager de la situation pour voir s'il y a une différence dans notre équilibre énergétique. 

Afin de ne pas être la nourriture, on ne doit pas donner de réaction émotionnelle ou en donner une qui soit totalement attendue. C'est difficile car les gens sont généralement des créatures d'habitudes mécaniques et en plus, réactives émotionnellement.

Etre manipulé par la pitié, par exemple, peut nous faire nous sentir plus important, plus nécessaire, plus noble, ce qui augmente sa propre importance subjective alors que l'on est en fait que simplement utilisé par l'autre

La situation de prédation injecte un anesthésiant psychique dans la source de nourriture, de sorte que la nature véritable de l'interaction est masquée. Les relations de co dépendance ou de sadomasochisme en sont des exemples.

Les habitudes de prédation des gens sont habituellement profondément enracinées et souvent inconscientes ou du moins déniées même si l'on en est conscient à un certain niveau. Tous les prédateurs ne se considèrent pas comme tels. Ils essaieront habituellement d'inverser toute la situation s'ils sont confrontés à la preuve de leur comportement.

Les changements chez les gens sont très rares et ne se produisent que s'ils effectuent un travail thérapeutique sur eux même.

Le mythe du vampire stipule que les victimes de vampires deviennent vampires elles-mêmes. C'est une allégorie pertinente. Cela ne veut pas seulement dire qu'elles ont besoin de compenser l'énergie perdue en la prenant à son tour aux autres. Cela veut également dire en un sens assez concret que les victimes adoptent la vision du monde du vampire, avec sa propre recherche de sensation.

Un vampire n'a pas ou peu de conscience de soi objective. Le vampire vit dans un état constant d'identification avec la prédation et la faim d'en avoir plus pour satisfaire ses propres envies subjectives. Lorsque l'on est dans cet état on se souvient de moins en moins de soi-même et on aura moins de conscience pour arrêter la spirale. C'est pourquoi ces dynamiques culminent souvent en une crise ou un crash. C'est la maladie, physique ou psychique.

Aussi pour garder son intégrité énergétique, il est impératif de rester vigilant dans ses relations, d'être autonome dans la vie, et surtout responsable de sa vie.

Choisissez consciemment qui vous aidez et posez vous la question pourquoi le faite vous ?