Richesse et diversité de la Nature

04/03/2019

Depuis des millénaires, c'est le monde végétal qui permet à l'humanité de se soigner, il est important de dire que la connaissance des propriétés spécifiques de chaque plante s'est transmise au sein de la trame populaire, de génération en génération, pour constituer ce que l'on appelle généralement les remèdes de « grands-mères », et il n'y a là rien de péjoratif, bien au contraire.

On ramassait les herbes sauvages, ou on allait dans les herboristeries. Mais celles-ci ont progressivement disparu, laissant un grand vide. On utilisait et on utilise encore les plantes médicinales en infusion, en décoction, en macération, etc.

Puis, dans la seconde moitié du 20ème siècle, s'est développé ce que l'on peut qualifier (pardonnez le néologisme) de « phytopharmacologie » : savoir identifier les molécules actives des plantes a rendu possible l'extraction de celles-ci et leur concentration, pour une efficacité plus grande encore, les formes galéniques se multipliant : extraits secs en gélules ou comprimés, extraits fluides, teintures mères, etc.

La richesse de cette « phytopharmacologie » repose sur la fabuleuse diversité des parties du monde végétal dans lesquelles se concentrent les molécules actives :

  • Pour de très nombreuses plantes (la majorité), les actifs se concentrent dans les feuilles. Pour prendre un seul exemple: le ginkgo biloba, dont la feuille est si spectaculaire, magnifique, bilobée, facilitant la circulation veineuse. 
  • Dans certaines plantes, ce sont les fleurs qui sont actives, telles les fleurs d'oranger, apaisantes, régulant le sommeil ou celles de reine-des-prés, antalgiques.
  • Pour d'autres, seuls les boutons floraux sont actifs, le meilleur exemple étant les clous de girofle, un puissant antalgique.
  • Il y a celles dont ce sont les fruits, et les exemples sont multiples, au nombre desquels, pour s'en tenir aux fruits à la mode, le goji, l'açaï, la grenade, le garcinia.
  • Inutile de vous énumérer les végétaux dont ce sont les racines qui concentrent les actifs: ginseng, éleuthérocoque, rhodiola, astragale, etc.
  • Pour d'autres ce sont les tubercules, comme l'harpagophytum, à fonction anti-inflammatoire, ou le radis noir, qui stimule les fonctions hépatiques ..
  • Ailleurs, c'est l'écorce qui est active, par exemple celle du saule ou du quinquina.
  • Pour d'autres encore, ce sont les graines, comme celles de courge, efficaces en cas, d'adénome de la prostate.
  • Il y a des plantes dont on récolte les tiges, comme celles de l'angélique (digestive), de la prêle (reminéralisante) ou de la rhubarbe (laxative).
  • Pour d'autres, c'est l'amande, seule, les meilleurs exemples étant ceux du kola ou du guarana, deux grands toniques de la pharmacopée.
  • On trouve également des plantes où ce sont les gousses qui sont récoltées, comme celles de la vanille ou de l'ail, celui-ci étant un hypotenseur reconnu.
  • Pour d'autres, ce sont les bulbes, comme ceux de l'oignon, légume vertueux s'il en est, avec de nombreuses indications dont celle de réguler la glycémie.
  • Dans certaines espèces, les molécules actives se concentrent dans les cônes, le meilleur exemple étant le cyprès, stimulant majeur de la circulation veineuse.
  • Pour d'autres, c'est uniquement le pédoncule qui est actif, comme les queues de cerise, un très puissant diurétique.
  • Pour d'autres encore, c'est le rhizome et lui seul que l'on récolte, comme celui du chiendent, réputé diurétique, cholagogue et fébrifuge. Sans oublier l'aubier, comme celui du tilleul sauvage du Roussillon, antirhumatismal.
  • Les bourgeons des arbres ont un potentiel thérapeutique considérable, les gammes de « gemmothérapie » se multipliant actuellement.
  • Les sèves de certains arbres ont des vertus bénéfiques, telles que la sève de bouleau, dépurative, ou celle d'aloe vera, laxative.
  • Les germes de certains végétaux concentrent les éléments actifs de la plante, au même titre que les bourgeons, le meilleur exemple étant le germe de blé, source de vitamine E naturelle et de magnésium.
  • Le son des céréales (péricarpe des grains) a ses propres vertus, comme la saga actuelle du son d'avoine du régime Dukan (amincissant) le montre.
  • Sans oublier les pépins, comme ceux de pamplemousse, antibiotiques naturels.
  • Mais aussi les jeunes pousses, celles d'orge, par exemple, revitalisantes.
  • Il y a aussi les stigmates, comme le safran, antidépresseur, ou la barbe de maïs, puissant stimulant des voies urinaires. 

Enfin, j'attache personnellement beaucoup d'importance aux exsudats connus pour leurs propriétés bénéfiques, comme la manne exsudant du frêne méditerranéen (un laxatif doux), le benjoin exsudant du styrax (un fluidifiant bronchique : tous les sirops contre la toux contenaient autrefois un extrait de benjoin), la résine exsudant du pin maritime (servant à fabriquer une huile essentielle aux vertus antibactériennes), sans parler de l'encens, de la myrrhe ... l'exsudat étant le liquide qui coule lorsque l'on incise l'écorce de certains arbres et qui se solidifie au contact de l'air. 

Ceci étant dit, faites votre choix parmi les plantes médicinales majeures. 

Extrait du livre "Votre Santé par les plantes médicinales" du Docteur A G Bechaalany