La santé, c'est du sport                     1ère partie

29/03/2019

Avancer dans l'âge, oui, mais avec un corps en bonne santé. Pour parvenir à entretenir ses muscles, garder le moral, consolider ses os, préserver ses articulations, c'est tout un programme. Quel est l'impact de l'activité sportive sur notre corps et quelles sont les solutions naturelles qui nous aident à rester en forme tout au long de notre vie ?

De l'activité physique pour tous

«On a beau avoir une sande fer, on finit toujours par rouiller», disait Jacques Prévert. 

La pratique du sport, lorsqu'elle est adaptée et modérée, entretient l'ensemble du corps tout
au long de la vie. On en ressent les bénéfices dans de nombreux domaines: sommeil, circulation sanguine, oxygénation du corps, endurance à l'effort, régulation des sucres et des graisses dans l'organisme ... 

Bref, le sport est une vraie panacée pour la santé. Au point que depuis janvier 2016, une loi donne la possibilité aux médecins d'en prescrire sur ordonnance aux millions de patients atteints d'affections comme le diabète, l'obésité ou encore l'ostéoporose.

Les bienfaits de l'activité physique ont été confirmés dans un rapport de l'Institut national
de la santé et de la recherche médicale (Inserm) en février dernier. Il recommande la prescription systématique du sport dans le parcours de soin des pathologies chroniques. Et même avant tout traitement médicamenteux dans les cas de dépression légère à modérée, diabète de type 2, obésité et artériopathie des membres inférieurs. 

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l'activité physique pouvait réduire les risques de récidive de cancers du sein ou du côlon de 30 à 50 %. Ce à quoi Maryline Salvetat, médecin et spécialiste du sport, répond que «pratiquer une activité trois à quatre fois par semaine diminuera de 15 à 20 % la probabilité de développer un cancer, quel qu'il soit».

Au-delà de la prévention de maladies, le sport, associé à la phytothérapie, permet de vieillir en douceur. Autant de raisons pour se lancer si vous n'avez pas encore commencé, car une chose est sûre, il n'y a pas d'âge pour s'y mettre ! 

Le sport est compatible avec le végétarisme

Le sport est aussi compatible avec l'asthme

Les besoins en protéines d'un sportif d'endurance sont évalués entre 1,2 g et 1,7 g de protéines par kilo de poids par jour. Cet apport peut être assuré par une alimentation de type végétarienne, à condition de veiller à la consommation d'œufs, de produits laitiers tolérés et, éventuellement, de boissons de récupération à base de protéines de pois ou de soja. Dans un régime végétalien, le recours à une complémentation est préférable, sous forme de protéines  végétales en poudre à base de riz, de chanvre, de pois ou de soja. Les apports en fer et en vitamine B12 peuvent quant à eux être satisfaits par la consommation de spiruline. 

C'est en 1968 que des auteurs scientifiques ont, pour la première fois, recommandé la pratique d'un sport aux enfants asthmatiques. Leur étude prouvait que la natation avait diminué la consommation de médicaments autant que la gravité de la maladie des jeunes malades. Depuis, de nombreux asthmatiques se sont mis au sport, certains devenant même des athlètes de haut niveau. Si vous craignez la crise d'asthme, suivez le conseil de Danièle Festy, qui nous a laissé une œuvre remarquable sur l'aromathérapie. Dans son dernier livre, Mes secrets de pharmacienne (éd. Leduc.s), elle conseille de prendre la très efficace huile essentielle de khella, à hauteur d'une goutte sur un sucre ou dans une cuillère de miel tous les quarts d'heure. Sans, pour autant, oublier la Ventoline! 

Des articulations tout en souplesse

Une articulation correspond à la jonction unissant les os. Les surfaces des têtes osseuses sont 
recouvertes de cartilage, un tissu résistant et élastique capable d'amortir les chocs causés par le mouvement. Après une dizaine de minutes d'activité physique, l'épaisseur du cartilage articulaire augmente par absorption du liquide synovial produit par la membrane articulaire.

Les cellules enrichissent, quant à elles, leur structure en collagène, une protéine qui les rend élastiques. «Le mouvement de l'articulation va favoriser la nutrition du cartilage», explique le docteur Maryline Salvetat.

Une heure après l'effort, le cartilage retrouvera son épaisseur initiale, mais cette adaptation devient de moins en moins efficace avec l'âge. Aussi, mieux vaut démarrer un entraînement après s'être échauffé. D'autre part, une pratique sportive trop intense peut générer un 
excès de pression sur les cartilages, favorisant l'apparition d'arthrose, une usure et une 
inflammation de ces derniers. «Le cartilage uà du mal à se refaire, il faut donc privilégier les sports ne provoquant pas d'impac- vélo ou natation =, surtout en cas dsurpoids», poursuit Maryline Salvetat.

Leur concentration en eau diminue, et des fragments peuvent se détacher dans la cavité articulaire, les rendant plus sensibles aux chocs et à l'inflammation. En réaction, l'os situé sous le cartilage prolifère et produit une collerette osseuse appelée ostéophyte. 

Afin de favoriser le renouvellement des cartilages, on peut miser sur l'apport de nutriments tels que le collagène, la glucosamine sulfate, chondroïtine sulfate ou méthyl-sulfonyl-méthane. 

On les retrouve dans les bouillons d'os et de cartilages type pot-au-feu, poule au pot, bouillon de pied de veau d'Hildegarde de Bingen ou encore soupes de poisson et crustacés. De son côté, le jus de betterave, riche en nitrates et en fer, contient de la bétaïne glycine, enzyme connue pour calmer l'inflammation.

Le liquide synovial pourra, lui, être détoxifié en étant drainé avec des infusions d'aubier de 
tilleul, de pissenli de reine-des-prés ou encore de cassis. Aussi, comme pour la santé osseuse, 
consommez régulièrement du bambou, des orties, de la prêle et des légumes sauvages 
riches en silice. Autre substance intéressante, la salicine contenue dans l'écorce de saule blanc et la reine-des- prés se transforme en acide salicylique, à l'anti-inflammatoire et analgésique. On peut coupler ces plantes au curcuma et au gingembre pour un cocktail anti-inflammatoire. Enfin pour activer la mise en route des articulations, misez sur l'huile végétale de calophylle. Et pour soulager les douleurs, testez celles de gaulthérie odorante, de genévrier ou encore de romarin camphré (huile essentielle)

Extrait de l'article de Anne Péron et Joelle Pierrard dans la revue Plantes & Santé n°200 avril 2019