Gérer ses colères

26/01/2021

Un Signe de Faiblesse :

La colère est une puissante émotion suscitée par un préjudice réel ou imaginaire et qui implique un désir de représailles. La colère provient de l'idée qu'on nous fait du tort ou qu'on menace de nous en faire.

La colère réside dans le corps astral mais elle suinte dans le corps physique. Le sang bout. Les yeux s'injectent de sang. Une grande chaleur envahit tout le corps. Les membres et les lèvres tremblent. Les poings se serrent. Et l'homme cherche ses mots en proie à une grande fureur !

Le feu que vous attisez contre votre ennemi vous brûle aussi. La colère agit comme un boomerang parce qu'elle blesse celui qui se met en colère. Elle se retourne contre le coléreux et lui fait du mal.

La colère est un signe de faiblesse du mental. Elle commence toujours par une sottise et se termine par des repentirs ou des remords. Si vous maitrisez la colère, vous disposez d'une réserve d'énergie illimitée. Elle se transmue en un pouvoir spirituel qui peut ébranler le monde.

Comment la Colère se Produit ? 

Conséquences Désastreuses de la Colère

La cause des mauvaises actions en ce monde est le désir. La colère est le désir lui-même. Vous pensez à des objets sensuels (mari, femme, enfants, voiture, maison, livres, travail...). L'attachement à ces objets croît. De l'attachement naît le désir. Lorsqu'un désir surgit, il engendre des passions et pousse l'homme à agir dans le but de posséder l'objet du désir. Si l'objet n'est pas gratifié et si quelqu'un fait obstacle à ce qu'il soit, l'homme se met en colère. Le désir se transforme en colère

La racine de la colère est l'ignorance et l'égoïsme. La colère surgit lorsque l'on est insulté, trompé, critiqué, lorsque nos défauts sont montrés du doigt. La colère vient lorsque quelqu'un vient s'interposer entre nous et l'accomplissement de nos désirs. La colère dérive de l'amour pour ses propres opinions, du désir d'être honoré, de l'idée que l'on est plus sage que les autres, qu'on leur est supérieur.

La colère monte en celui qui pense à son ennemi. Même si vous avez oublié votre sentiment de contrariété, il reste tapi dans le mental sous une forme latente. La focalisation sur des sentiments colériques intensifie la haine. La simple rancune se transforme en malveillance active sous l'influence de la colère.

La passion est la racine et la colère est la tige. Il vous faut d'abord détruire la racine : la passion. Ensuite la tige, la colère mourra d'elle-même.

L'irritation, le mécontentement, le ressentiment, l'indignation, la rage, la fureur, le courroux sont tous des variétés de la colère classées par ordre d'intensité.

La colère endommage le cerveau, le système nerveux et le sang. Lorsqu'une vague de colère se forme dans le mental, le prana se met à vibrer rapidement. On se sent agité et excité. De nombreuses substances toxiques se déversent dans le sang.

Même 3 minutes d'un violent accès de colère peuvent suffire à produire sur le système nerveux des effets si nocifs qu'il faudra des semaines voire des mois pour y remédier. Il apparait que les rhumatismes, les maladies cardiaques, les affections nerveuses sont toutes dues à la colère.

Quand la colère règne, la raison s'exile. Il perd la mémoire, son entendement s'obscurcit, son intellect se pervertit. Il ne peut plus penser correctement, ni clairement. 

Méthodes pour Contrôler la Colère : 

La colère est difficile à combattre de front. Essayez d'abord de réduire son intensité, sa fréquence et sa durée. Efforcez vous d'atténuer, de réduire cette formidable modification du mental. Ne lui permettrez pas de prendre la forme d'une grosse vague à la surface du mental conscient. A présente détourner le mental. Entretenez des pensées positives, humanistes, divines. Développez progressivement les vertus, comme la patience, l'amour et le pardon.

La nourriture joue un rôle dans l'irritabilité. Prenez des aliments doux comme le lait, les fruits, les légumes.... Si vous estes colériques, ne mangez pas d'oignons, d'ail..., renoncez au curry fort, à la viande, à l'alcool et au tabac. Fumer, manger de la viande et boire de l'alcool rend le cœur très irritable.

Chaque fois qu'un accès de colère risque de surgir lors d'une conversation, cessez de parler. Ne discutez pas. Parlez peu. Si les mots sont durs, cela amènera la discorde. Cultivez la modération, la gentillesse et la douceur.

S'il vous semble difficile de maitriser votre colère, quittez immédiatement l'endroit où vous vous trouvez. Faites une longue marche. Buvez de l'eau froide. Répétez cent huit fois votre mantra personnel ou comptez en marchant. La colère s'évanouira.

Le Contrôle de Soi et la Sérénité 

Le bien et le mal coexistent en l'homme. L'être humain est un mélange des deux. C'est l'abstention du mal et l'exercice du bien qui élève l'homme au-dessus des autres créatures. Le contrôle de soi permet de tenir le mal en échec et ménage du champ pour l'exercice de la vertu.

Quand on surmonte sa colère, l'entendement s'éclaircit et la discrimination se met en marche. Vous êtes en mesure de choisir entre le bien et le mal, d'avancer sans confusion sur la voie droite et étroite de la rectitude morale.

Il est facile de rendre le mal pour le mal, le bien pour le bien mais il est difficile et sublime de rendre le bien pour le mal. La descente vers le mal est aisée, mais la montée vers le bien est ardue, escarpée et hérissée d'épines. Ceux qui possèdent la force et la sagesse de rendre le bien pour le mal sont des êtres bénis. Ce sont véritables dieux sur terre.


Extraits de "Félicité Divine" de Swami Sivananda