Comment aider vos enfants,    vos ados à dormir apaisés ?

27/02/2018

Le stress, c'est bien connu, est l'ennemi du sommeil des petits et des grands. 

Désorganisant le sommeil, il perturbe fortement les systèmes d'éveil. Répétitif, il devient nocif pour l'organisme soumis à une sorte d'emballement du système nerveux.

Nombreuses sont les sources de stress chez l'enfant : bobos divers, interventions médicales, séparations, excès ou manque de stimulation générant frustrations et instabilité émotionnelle, ou encore changements et acquisitions multiples tout au long de son développement.

Du fait de l'immaturité de son système nerveux, le bébé éprouve des difficultés à assimiler de nouvelles expériences.

Chargé la plupart du temps d'un flot d'informations et de stimuli nouveaux (bruits, télévision, informations, etc.), il est particulièrement sensible à toutes ces sources de stress qu'il libère souvent par des pleurs, ou encore, par de l'agitation au moment du coucher.

L'enfant fait l'acquisition de nombreux apprentissages au cours de sa croissance. Chaque découverte peut être potentiellement stressante. L'école est un lieu de socialisation où il se confronte aux autres, il apprend à partager, à se discipliner. La manière dont les parents l'accompagnent dans son évolution influence la réaction de l'enfant. Au collège, il subit une pression constante ; au lycée, l'enjeu est plus important encore et le phénomène s'amplifie. Il lui faut mobiliser toutes ses ressources pour réussir, avec souvent, une course aux résultats et à la performance. Or, pour se concentrer et apprendre, l'enfant a besoin de grandir dans un environnement serein et de disposer de temps de détente et de sommeil suffisants.

Dès les premières années d'école primaire, le quotidien de nombreux enfants prend l'allure d'un marathon. Certains parents soumettent l'enfant à des rythmes de vie effrénés. Agendas chargés, sonneries électroniques, rappelant constamment toutes leurs obligations, exclusivement tournés vers des objectifs, ils ne prennent pas réellement le temps de se poser pour être à l'écoute des besoins de l'enfant auquel ils transmettent leur propre stress.

Comment évoluer sereinement dans toute cette effervescence ?

Ces enfants, bousculés et surmenés au quotidien, deviennent hyperexcitables et hypersensibles. Ils trouvent difficilement leur sommeil ou se réveillent prématurément et peinent à se rendormir. Après les cours et de longues heures de concentration et d'attention, ils enchaînent avec des activités extrascolaires, chaque espace de leur temps est comblé en apprentissages. Pourtant, l'enfant a besoin de disposer de temps pour pouvoir se détendre, rêver, mais aussi cultiver son imaginaire, explorer son jardin intérieur, et développer sa capacité à être seul et à grandir. Il importe qu'il apprenne aussi à se poser et à découvrir ce qu'est le calme. Tous les travaux en neurosciences l'ont démontré, la détente permet instantanément de faire baisser le taux de cortisol (l'hormone du stress) dans le sang. Parallèlement, elle déclenche la sécrétion d'hormones du bien-être telles que l'ocytocine et les endorphines.

L'adolescence est, elle aussi, une période particulièrement chargée en stress. L'adolescent traverse une zone de turbulence car il lui faut non seulement faire face à l'arrivée de la puberté avec ses doutes et ruptures d'équilibre, mais aussi à une pression constante avec de nouvelles exigences au collège et au lycée, sans compter les situations de crise susceptibles d'être traversées (conflits avec les parents, vie sentimentale plus ou moins stable, ruptures, déménagement, maladie d'un proche, séparations des parents, etc.) Soumis aux aléas d'un emploi du temps chargé et à des horaires irréguliers, jonglant entre une scolarité fatigante et ses passions diverses, il ignore les signaux qui lui indiquent qu'il est temps de dormir. Le sommeil se trouve décalé avec un endormissement tardif, quelquefois au delà de 2 heures du matin, avec des réveils pénibles. Il en résulte des difficultés de concentration, d'apprentissage, une irritabilité et une instabilité émotionnelle.

Très souvent, il doit faire face à des exigences précises au niveau des résultats scolaires, ce qui augmente encore le stress, les conflits, la pression et la charge émotionnelle pour tous. Certains ados acculés à devoir être le meilleur partout, avec le souci constant de la performance en ressentent une tension permanente qui les empêche de trouver le sommeil. Submergés par un trop plein de pensées, d'excitation et de stress au moment du coucher, il leur sera difficile de lâcher prise.

D'UN SOMMEIL DÉCALÉ, D'UN COUCHER TARDIF, D'UN RÉVEIL PÉNIBLE PEUVENT RÉSULTER IRRITABILITÉ ET INSTABILITÉ ÉMOTIONNELLE

Les bons réflexes

  • Les enfants subissent notre propre stress, ils y sont très perméables. Pour éviter la spirale infernale de l'énervement et des débordements, posez-vous et prenez du recul pour réfléchir à ce qui est essentiel et planifiez vos priorités ; il est quelquefois nécessaire de redéfinir ses limites et de repenser ses choix.
  • Apaisez votre enfant et montrez-lui une image rassurante ; si vous sentez le stress vous gagner, pratiquez vous même quelques exercices de respiration et de détente.
  • Pour un sommeil de qualité, assurez à votre enfant un sas de décompression avant de se coucher, des moments de communication et des routines sécurisantes.
  • Au fur et à mesure qu'il grandit, apprenez-lui à décharger son stress dans la journée : activité physique, exercices de sophrologie.
  • Privilégiez une ambiance apaisante, en évitant les repas devant la télévision où il est abreuvé d'un flot d'images et d'informations en tous genres.
  • Prenez le temps d'apprécier avec lui dans la journée, les petites joies du quotidien, de savourer l'instant présent : regarder les oiseaux, rire ensemble, partager un goûter dans la pleine conscience de tous les sens. Ces moments privilégiés constitueront de belles ressources pour lui permettre de grandir et de s'endormir en toute confiance.
  • Indiquez-lui des techniques spécifiques pour mieux gérer le stress des examens : respirations, outils antistress qu'il pourra utiliser à sa guise dans toute situation génératrice d'anxiété.
  • Expliquez-lui aussi qu'il existe des règles simples à respecter pour se préparer, comme se fixer des horaires de travail avec des objectifs à atteindre chaque semaine pour éviter de se laisser déborder, mais aussi se ménager des plages de détente. Il pourra par exemple planifier ces données sur un agenda et faire un point hebdomadaire quant à ses objectifs réalisés ou à encore à atteindre.
  • Relâchez la pression si vous avez le sentiment que votre enfant ou votre ado a le souci de la performance à outrance et que cela l'empêche de dormir.
  • Votre adolescent testera souvent les limites, que ce soit pour les horaires de coucher, les sorties. Soyez suffisamment ferme et souple à la fois. Il est capital de lui apprendre à gérer le temps qu'il faut consacrer au sommeil. Il est nécessaire de lui donner des repères solides et de balises suffisamment stables. Votre capacité à être disponible et à tenir bon quant à vos exigences est fondamentale.
  • Armez-vous de patience. Rencontrer d'autres parents, amis,ou participer à des groupes de paroles permet de confronter ses expériences et de retrouver confiance ; faites-vous aider le cas échéant pour traverser au mieux cette étape et vous sentir soutenu dans votre rôle de parent.

Extrait du livre : "Enfants, ados, les aider à dormir enfin" de Michèle Freud 

Revue "Sophrologie, pratique et perspectives n°9"